Troubles graves à l’ordre public

Haïti a été le théâtre, dans le passé, de plusieurs épisodes socio-politiques violents. Des manifestations engendrent en outre parfois des troubles à l’ordre public dans l’agglomération de Port-au-Prince comme dans les villes de province.

Il convient toutefois de relever que, au cours des dernières décennies, les personnels civils étrangers en général, et français en particulier, n’ont jamais été la cible spécifique de ces mouvements sociaux, même si certains de nos compatriotes ont parfois été blessés en marge de ces rassemblements.

En temps normal

  • tenez-vous toujours informé de l’actualité grâce aux médias locaux. Gardez à l’esprit que les troubles à l’ordre public surgissent généralement en période de tensions sur la scène politique ou à l’occasion de mouvements sociaux, mais aussi en marge d’événements sportifs ou socio-culturels. Méfiez-vous toutefois des rumeurs : elles grossissent et se multiplient à chaque crise ;
  • sur cette base, évitez de vous retrouver au mauvais endroit au mauvais moment : faites un détour plutôt que de passer devant un établissement d’enseignement supérieur en grève illimitée ou aux abords du siège d’un parti politique dans les semaines qui précèdent une élection, quittez le stade ou la salle de concert où vous vous trouvez aux premiers signes de nervosité inhabituelle du public, etc. ;
  • n’hésitez pas à contacter l’Ambassade pour lui signaler que des troubles pourraient surgir dans votre zone de résidence.

Lorsque les incidents ont débuté

  • restez enfermé chez vous. N’augmentez pas le risque en tentant de vous porter au secours de vos proches : le lycée français, par exemple, est en contact permanent avec l’Ambassade et a mis sur pied un dispositif qui lui permet d’assurer la protection des enfants ;
  • restez discret. Ne filmez pas ou ne photographiez pas ouvertement les incidents qui se déroulent sous vos fenêtres ;
  • restez en contact avec votre chef d’îlot et ses adjoints. Si vous ne parvenez pas à le joindre, tentez de contacter directement l’Ambassade. A défaut, essayez de contacter des proches ou des amis, en veillant à ne pas rediffuser des rumeurs ;
  • suivez les consignes de l’Ambassade qui, en cas de crise grave, est susceptible de transmettre des messages à la communauté française…
    …sur la fréquence 89,5 Mhz (en modulation de fréquence) à Port-au-Prince ;
    …sur la fréquence habituelle de Radio France Internationale ailleurs en Haïti.

Si vous êtes surpris par une émeute ou une manifestation alors que vous êtes à l’extérieur de votre bureau ou de votre domicile

- En voiture

Plusieurs ressortissants étrangers ont été victimes de jets de pierre contre leurs véhicules alors qu’ils circulaient à Port-au-Prince. La plupart du temps ces incidents ne les ont pas visés en tant qu’étrangers : ces « caillassages » visaient toutes les voitures circulant dans le secteur, sans discrimination.

Si vous êtes la cible de jets de pierre alors que vous êtes le passager d’un véhicule

  • protégez en priorité vos yeux et votre tête. Assis(e), placez votre tête entre vos genoux, les mains sur la nuque. Utilisez les objets à votre portée pour vous protéger, dans cette posture, des éclats de vitre et des pierres (couverture, sacoche…) ;
  • ne criez pas ;
  • gardez cette posture de sécurité jusqu’à ce que le chauffeur vous signale que vous êtes sorti(e) de la zone dangereuse ;
  • alertez l’ambassade dès que vous avez quitté le lieu de l’incident.

Si vous êtes la cible de jets de pierre alors que vous êtes au volant

  • évitez de perdre le contrôle de votre véhicule, et surtout de toucher un manifestant ou un passant ;
  • ne klaxonnez pas, sauf pour attirer l’attention d’agents des forces de l’ordre qui seraient éventuellement dans votre champ de vision ;
  • si la voie est libre, tentez de vous dégager, en baissant la tête autant que possible ;
  • si la voie n’est pas libre (si vous n’avez aucun moyen de vous dégager sans toucher un manifestant ou un passant), arrêtez-vous, baissez la tête le plus possible, protégez-vous éventuellement avec les objets à votre portée (couverture, sacoche…) et abandonnez votre véhicule en ouvrant lentement votre portière, une main ouverte en avant, en n’oubliant pas votre téléphone portable. Eloignez-vous le plus vite possible des lieux de la manifestation, mais sans courir ;
  • alertez l’ambassade dès que vous avez quitté le lieu de l’incident.
Lorsque des étrangers ont dû abandonner leur véhicule à Port-au-Prince parce que celui-ci était la cible de jets de pierre, ils n’ont jamais été molestés par les manifestants, qui ont toujours préféré continuer à s’en prendre à leur voiture.

- A pied

Si vous êtes surpris par une manifestation apparemment menaçante alors que vous êtes dans la rue…

  • éloignez-vous rapidement, si vous le pouvez, par un chemin transversal au cortège (ni tentez ni de remonter celui-ci, ni de le précéder), sans courir ;
  • si vous n’avez aucun moyen de vous écarter, tentez de trouver refuge dans un magasin, un restaurant, une maison, sous une poterne, et laissez passer le cortège ;
  • ne vous réfugiez pas dans un véhicule. Ne criez pas. Ne sortez pas ostensiblement votre téléphone portable. Gardez vos mains en évidence, sans les lever ;
  • si vous êtes atteint par des gaz lacrymogènes, ne vous frottez pas les yeux. Protégez-vous le nez et la bouche avec un tissu ou plusieurs épaisseurs de mouchoirs en papier. Respirez calmement. Ecartez vous du lieu contaminé, sans courir. Rincez-vous les yeux à l’eau claire ou avec un sérum physiologique dès que vous en avez l’occasion. Consultez rapidement un spécialiste ;
  • alertez l’ambassade dès que vous avez quitté le lieu de l’incident.

Si la crise perdure ou dégénère…

L’Ambassade sera susceptible de lancer à la communauté une consigne de regroupement. Cette recommandation vous parviendra notamment par l’intermédiaire de votre chef d’îlot.

Dans ce cas, et dans ce cas seulement, rejoignez le point de regroupement qui vous a été assigné en prenant l’ « équipement de route » inclus dans votre « kit de survie ».

S’il ne vous est pas possible de vous déplacer, restez sur place et avertissez l’Ambassade de votre situation (si possible par l’intermédiaire de votre chef d’îlot). En cas d’absolue nécessité, par exemple si l’endroit où vous vous trouvez n’est pas sûr, tentez de rejoindre le domicile d’un autre ressortissant français connu de l’Ambassade : si les communications ne passent plus, il sera plus facile de vous localiser si vous vous trouvez chez un compatriote également porté manquant.

publié le 10/08/2016

haut de la page