Trois questions au Directeur général de TOTAL Haïti

Souhaitant donner la parole aux entreprises françaises qui participent au développement d’Haïti, l’Ambassade a initié une série d’entretiens avec leurs responsables. Après Jean Testemale, c’est au tour de Luc Maiche, le Directeur général de TOTAL Haïti de se prêter à l’exercice.

1) Total est présent en Haïti de longue date. Quelles ont été les grandes étapes de votre développement dans le pays et comment envisagez-vous l’avenir ?

TOTAL HAITI va célébrer cette année son 20eme anniversaire. Après le départ des majors dans les années 2000, le paysage pétrolier a été recomposé. TOTAL HAITI est désormais la plus ancienne compagnie pétrolière en Haïti. Ses concurrents sont un acteur national et un acteur régional. Comme tous les acteurs économiques, notre filiale a vécu au rythme des aléas sociaux et politiques, sans jamais cesser pour autant ses investissements et son développement. TOTAL HAITI commercialise des carburants, du GPL (propane), des lubrifiants, du bitume, des insecticides et des lampes solaires qui ont vocation à remplacer les lampes à pétrole. Nous avons construit une trentaine de stations service depuis 2012 et disposerons fin 2016 de plus de 90 stations implantées partout dans le pays. Ces investissements importants traduisent notre engagement à accompagner la croissance économique du pays. Avec nos concurrents, nous faisons également du lobbying pour encourager le gouvernement à faire adopter un cadre réglementaire afin que les normes internationales et les règles de la concurrence s’appliquent à tous. Ce cadre est essentiel pour encourager les investissements et garantir la sécurité de la population. Enfin, nous souhaitons continuer à nous développer en créant des emplois directs et indirects (environ 1200 à ce jour) et en investissant dans la formation de nos collaborateurs et partenaires pour renforcer les compétences dont nous avons besoin pour exercer nos activités.

2) La seconde édition du Concours Konbit Rebwazman a été lancée en début d’année. Pouvez-vous nous parler de ce concours et de l’action de Total Haïti en faveur du reboisement ?

Tout le monde peut constater l’ampleur de la déforestation en Haïti : moins de 2% des terres restent boisées ! Parallèlement, les trois quart des besoins énergétiques du pays proviennent du bois et du charbon de bois. Si rien n’est fait, le peu de couverture forestière restant disparaîtra. Nous pensons que chacun peut jouer un rôle pour essayer de renverser cette tendance. En proposant des énergies de substitution, comme le gaz propane, mais aussi en montrant que les arbres peuvent encore être utilisés pendant longtemps s’ils sont replantés. Mais il faut bien sûr qu’il existe un intérêt économique à le faire ! L’idée de Konbit Rebwazman est simple : nous voulons faire connaitre les projets qui existent depuis au moins 3 ans pour les récompenser et inspirer d’autres personnes souhaitant s’impliquer dans des projets de reforestation pour en tirer des revenus. Nous ne finançons pas de projets mais leur donnons une exposition médiatique pour les aider à se développer et créer des émules. EN 2015, 250 projets ont participé au concours, 100 projets ont été sélectionnés et l’équivalent de 100 000 dollars de primes sous forme de bons d’achats ont été distribués grâce à un réseau de partenaires et de sponsors pour acquérir des outils et du matériel d’irrigation. Pour 2016, TOTAL HAITI a réussi à obtenir la collaboration de deux fois plus de sponsors et partenaires, soit une trentaine. La participation du secteur privé haïtien est une composante essentielle de ce concours afin de garantir sa pérennité et nous sommes très reconnaissants envers ceux qui nous ont fait confiance et souhaitent s’impliquer durablement. Pour célébrer son 20ème anniversaire cette année, TOTAL HAITI a planté 20 000 arbres.

3) Auriez-vous des conseils à donner à une entreprise souhaitant s’implanter en Haïti ?

Ce qui caractérise Haïti dans bien des domaines, c’est une carence réglementaire. Il faut donc en tenir compte avant d’investir pour le faire en connaissance de cause. Beaucoup d’entreprises ont choisi de s’associer à des partenaires locaux, lorsqu’elles ont décidé de s’implanter en Haïti, ce qui permet de découvrir progressivement le pays avec ses avantages et ses inconvénients. Mon expérience au « pays du réalisme merveilleux » c’est que, comme dans tous les pays du monde, les clients attendent de votre entreprise que vous soyez professionnels, fiables et acteurs du changement. C’est avec cette philosophie que nous formons nos collaborateurs et que nous décidons de nos investissements.

Nos précédents entretiens :

publié le 10/08/2016

haut de la page