Sécurité alimentaire

Depuis 2012, la France finance le renforcement de filières agricoles stratégiques pour la sécurité alimentaire.
JPEG

Contexte du projet

La situation alimentaire est précaire en Haïti : la production nationale ne couvre que 48% des besoins. Le secteur agricole est fragilisé par des droits de douanes parmi les plus bas (3%).

Haït a recours aux importations pour combler le manque à produire national et est donc dépend des fluctuations du marché international.

Objectifs du projet

  • améliorer la sécurité alimentaire en Haïti par l’accroissement de productions agricoles de qualité transformées et commercialisées ;
  • réduire la pauvreté en milieu rural par une meilleure redistribution de la valeur ajoutée ;
  • lutter contre la sous nutrition des enfants en âge scolaire.

Champs de maïs dans la plaine des Cayes - JPEG

Mise en œuvre

Le pilotage du projet est directement assuré par le Ministère de l’agriculture des ressources naturelles et du développement rural. Les activités mises en œuvre par le projet SECAL s’inscrivent dans la continuité des politiques agricoles développés par le gouvernement haïtien.

1. Développer et renforcer les filières agricoles

Trois filières sont visées : le maïs et les œufs dans le Sud, la banane plantain dans l’Ouest.

Afin de favoriser une croissance soutenue et durable de ces filières agricoles, le projet SECAL intervient sur plusieurs niveaux :

  • l’amélioration des infrastructures d’irrigation et de stockage ;
  • l’appui technique aux producteurs, transformateurs et commerçants ;
  • le renforcement des organisations professionnelles agricoles ;
  • le développement de l’offre de financement : subvention et microcrédit.

JPEG

2. Contribuer à la politique d’achats locaux et au Programme national des cantines scolaires

Une partie des productions additionnelles enregistrées grâce à l’appui du projet intégre les circuits d’approvisionnement des cantines scolaires. Le Programme national des cantines scolaires a été lancé en 1997 et ambitionne, à l’horizon 2030, de satisfaire 60% des besoins nutritionnels des enfants des deux premiers cycles de l’enseignement fondamental.

3. Soutenir la recherche agricole

Selon les filières, des programmes d’accompagnement de la recherche fournissent aux producteurs des conseils et produits innovants leur permettant de lever les principales contraintes qu’ils rencontrent.
Ces programmes de recherche sont menés en synergie avec les institutions de recherche du ministère de l’Agriculture des ressources naturelles et du développement rural et l’Institut national de recherches agronomiques Antilles-Guyane.

4. Renforcer les capacités du ministère

La France a fait le choix d’une approche structurante qui place les services déconcentrés du MARNDR au cœur des dispositifs de pilotage du projet. Ces services bénéficient de fonds pour le renforcement des capacités des services administratifs et techniques. A termes ces fonctionnaires pourront intégrer les services du ministère.

JPEG

Lien utile :
Page Haïti du site de l’Agence française de développement

publié le 26/01/2016

haut de la page