Qualité de l’éducation : formation des maîtres

Depuis 2011, la France soutient un programme de formation des maîtres afin d’améliorer la qualité de l’enseignement au sein du système scolaire haïtien.

JPEG

Contexte du projet

En Haïti, 80% des enseignants en exercice dans les 16 000 écoles du pays (qui accueillent un total d’environ 2 millions d’écoliers) n’ont pas reçu de formation initiale. Ils perpétuent un modèle frontal, répétitif et peu inclusif de transmission de la connaissance.

Après le séisme, trois académiciens français, les professeurs Pierre Lena, membre fondateur du programme « La Main à la pâte », Jacques Blamont, conseiller du président du Centre national d’Etudes spatiales (CNES) et Jean-Didier Vincent, président de l’Université numérique francophone mondiale (UNFM) ont initié un partenariat sur l’éducation avec le ministère haïtien de l’Education nationale et de la formation professionnelle (MENFP).

Objectifs du projet

  • Faire évoluer la pédagogie des enseignants déjà en exercice vers un modèle qui favorise la participation de l’élève et une approche scientifique (démarche d’investigation inspirée de « La Main à la pâte »).

Mise en œuvre

1. Formation des maîtres

En lien avec le MENPF, un système de formation continue a été conçu et diffusé dans 11 écoles de formation des maîtres (Ecoles fondamentales d’application-Centres d’appui pédagogique ou EFACAP) : 168h de formation ont été dispensées aux enseignants de 1ère à 4ème année fondamentale des écoles associées à ce réseau.
Les enseignants reçoivent chaque vendredi une formation dispensée par un conseiller pédagogique, lui-même formé par le MENFP. Les acquis de la formation sont directement appliqués en classe par le maître.

JPEG

Les contenus de formation en sciences expérimentales, mathématiques, français, santé/hygiène, pédagogie générale et nouvelles technologies (TICE) ont été conçus par des équipes de conseillers pédagogiques haïtiens et français. Les objectifs de ces modules sont conformes au programme officiel du MENFP.
Les concepteurs français du programme assurent un suivi à distance (par Skype tous les lundis) et sur le terrain.

2. Assistance technique

La qualité des conditions matérielles est un aspect crucial de la réussite des formations. C’est la raison pour laquelle le projet comprenait dès le départ un important volet de renforcement technique des EFACAP : électricité solaire, câblages, parc informatique, équipements audiovisuels, internet …
Des responsables techniques ont été formés in situ pour assurer le bon fonctionnement des matériels ainsi que leur maintenance.

3. Bilan et poursuite du projet

Depuis la création du programme, 1 100 enseignants ont été formés par 33 conseillers pédagogiques haïtiens dans 11 EFACAP réparties dans 7 départements. Jusqu’en juin 2013, les enseignants des écoles communales de Port-au-Prince ont également pu bénéficier du programme en étant accueillis à la Bibliothèque nationale d’Haïti.

La Banque interaméricaine de développement a approuvé le projet et apporte un financement complémentaire de 400 000€ pour poursuivre les formations dans les EFACAP.

publié le 26/04/2014

haut de la page