Premier bilan de l’aide française

La France s’est rapidement mobilisée après le passage de l’ouragan Matthew. Deux avions affrétés par le Centre de Crise du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International ainsi que la Fondation Airbus ont déchargé 95 tonnes de fret humanitaire à Port-au-Prince le 11 octobre dernier.

L’aide d’urgence française porte essentiellement sur les secteurs de l’eau et de la santé.

Deux stations de potabilisation d’envergure ont été installées à Jérémie dès le 14 octobre : opérées par 60 agents de la sécurité civile, elles transforment l’eau de la rivière en eau potable répondant aux normes de qualité de l’OMS. Alimentant à ce jour une quinzaine de points de distribution de la DINEPA répartis dans différentes communes de la Grand’Anse, ces deux stations ont déjà permis de fournir plus de 450 000 litres d’eau potable.

A la demande des autorités haïtiennes, ces stations seront maintenues sur site jusqu’au 8 novembre. Deux unités de potabilisation, dons de la société Suez, viennent d’être installées dans la commune de Roseaux pour assurer un complément de distribution et contribueront ensuite à assurer la relève.

Dons de la Fondation Veolia, six autres unités mobiles pouvant servir chacune 2000 personnes par jour sont, en outre, déployées par ACTED sur des sites désignés par la DINEPA à Chardonnières, Port-à-Piment et Dame-Marie. A cela s’ajoutent du matériel destiné à l’assainissement et au stockage de l’eau ainsi qu’un million de pastilles de purification d’eau.

Répondant à la requête du Ministère de la Santé publique et de la Population et de l’OPS/OMS, la France a livré plusieurs kits choléras, d’importants lots de médicaments d’urgence et de réanimation ainsi que des intrants et matériels pour les personnes atteintes du choléra. Déjà présente sur le terrain, l’ONG Médecins du Monde est un relais notable de la réponse sanitaire d’urgence.

Une mission de 9 médecins et infirmières urgentistes de Martinique et de France métropolitaine intervient en renfort temporaire aux hôpitaux de l’Immaculée conception des Cayes et Saint Antoine de Jérémie depuis le 23 octobre.

14 pompiers volontaires des Côtes d’Armor se relaient dans la Grand’Anse pour prodiguer des soins et assainir l’eau disponible au profit de communautés villageoises isolées. Parallèlement, une équipe de 12 médecins de MEDILOR intervient à Miragoane et un pédiatre de l’Institut Necker Enfants Malades se rend à Abricot pour assurer les urgences et consultations pédiatriques.

La France a dégagé une aide d’urgence supplémentaire pour financer des achats locaux aux associations paysannes du Nord et de l’Artibonite dans le cadre du Programme national de cantines scolaires.

La solidarité française se manifeste également par les contributions de collectivités locales au profit de leurs partenaires haïtiens. La ville de Nantes expédie par exemple 15 fontaines permettant chacune de produire 1000 litres d’eau potable par heure à l’Association des Maires de la Grand’Anse. La région Ile-de-France, les départements des Hauts de Seine et de la Savoie ont pour leur part annoncé l’octroi de subventions.

Des associations et ONG françaises se mobilisent également : Action contre la Faim, MEDAIR, PUI, Solidarités International et SIF ont acheminé du matériel humanitaire.

Télécoms Sans Frontière a participé à la réhabilitation du réseau Internet à Jérémie ; Electriciens Sans Frontières a distribué des systèmes d’électricité alternatifs à Camp Perrin et Haïti Futur va réhabiliter 40 écoles à Camp Perrin, Maniche et Abricots avec le soutien avec la Fondation de France.

Communiqué de presse

JPEG

publié le 28/11/2016

haut de la page