Paris ne maintient pas Port-au-Prince sur une quelconque liste noire

Le ministère français des Affaires étrangères et européennes diffuse sur Internet des « conseils aux voyageurs » portant sur 188 pays (à cette adresse). Ces fiches donnent des conseils pratiques aux 15 à 17 millions de ressortissants français qui se rendent à l’étranger chaque année. Elles portent sur différents domaines : la sécurité, mais aussi la santé, les habitudes alimentaires, la circulation automobile, les conditions d’entrée et de passage des frontières, etc. En 2007, ce site recevait en moyenne environ 4 millions de visites par mois.

S’agissant d’Haïti, ces conseils aux voyageurs ont fait l’objet d’une complète réécriture en décembre 2008 ; ils font état de l’amélioration du climat sécuritaire. Sur cette base, ils ont été remis à jour, sur des points de détail, environ une dizaine de fois depuis lors, le plus souvent en fonction de l’actualité – par exemple pour signaler à leurs lecteurs le début de la saison cyclonique.

La dernière de ces modifications a été effectuée en début de semaine dernière, après qu’un ressortissant français a été pris à partie dans son véhicule aux abords du Champ de Mars par quelques jeunes gens. Deux paragraphes ont ainsi été ajoutés à la rubrique « dernière minute » de cette fiche pour recommander à nos compatriotes de se tenir à l’écart des mouvements de foule dans certaines zones de la capitale. Mais, parce que cette rubrique avait été modifiée, un site internet spécialisé dans la veille documentaire l’a rediffusé automatiquement le 28 août, en la présentant, à tort, dans sa rubrique "communiqué de presse", alors qu’aucune publication de ce type n’avait été diffusée par le Quai d’Orsay... Certains médias haïtiens s’y sont laissés prendre.

Ces « Conseils aux voyageurs », parce qu’ils s’adressent aux Français, ne visent pas à porter un jugement sur la situation générale de chaque pays ; ils ne sont pas non plus un élément de la communication politique externe du ministère des Affaires étrangères. Ce sont des documents techniques, purement factuels, qui relatent des incidents dont ont récemment été victimes des ressortissants français ou européens, afin d’éviter à nos compatriotes peu familiers du terrain d’adopter des comportements inadéquats et susceptibles de les mettre en danger.

La plupart de ces fiches, enfin, comportent au moins une carte précisant le niveau de risque (dans tous les domaines) par zone géographique. Celles « à éviter dans tous les cas » sont ainsi colorées en rouge. Il est aisé de constater que cette couleur est totalement absente de la carte d’Haïti publiée sur ce site.

L’information diffusée est donc inexacte, en ce qu’elle a pris pour un communiqué officiel une citation incomplète des « conseils aux voyageurs » publiée sur un site internet privé.

(MAJ 18h47 : ajout d’une date, précision sur les cartes).

publié le 11/01/2010

haut de la page