Les symboles de la République

A la veille du 14 juillet, l’Ambassade vous propose de (re-)découvrir les symboles de la République française.

Les symboles de la République sont inscrits dans l’article 2 de la Constitution française.

Article II :
La langue de la République est le français.
L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
L’hymne national est la « Marseillaise ».
La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Il existe aussi d’autres symboles de la République qui ne sont pas inscrits dans la Constitution mais qui sont très connus !

La langue française

La révision constitutionnelle du 25 juin 1992 a ajouté cette phrase qui institue le français comme langue officielle de la République. Bien évidemment, il n’a pas fallu attendre 1992 pour que le français soit parlé par tous les Français. Mais, au début du XXe siècle, le français n’était pas parlé partout en France ! Le français est aussi une des langues officielles de beaucoup d’institutions internationales : l’ONU, l’Union européenne, etc.

Si, à l’occasion des Jeux Olympiques, l’ensemble des annonces sont faites en français puis en anglais, c’est parce que Pierre de Coubertin, l’homme qui a lancé les jeux olympiques de l’époque moderne, était français !

Le drapeau tricolore

PNGL’histoire du drapeau bleu, blanc, rouge est particulièrement mouvementée ! Elle commence à la Révolution française. Avant, les Rois de France avaient un drapeau avec des fleurs de lys.

C’est La Fayette qui impose à la Garde nationale la rencontre du bleu et du rouge, couleurs des révolutionnaires de Paris, avec le blanc des gardes françaises. Certains ont pensé que le drapeau bleu, blanc, rouge permettait de réconcilier les trois ordres : le bleu pour le clergé, le blanc pour la noblesse et le rouge pour le tiers Etat.

Mais le drapeau tricolore est devenu le symbole de la République alors que les partisans de la royauté ont adopté le drapeau blanc. La Restauration, avec Louis XVIII et Charles X, adopte le drapeau blanc. Après la révolution de 1830, Louis-Philippe rétablit le drapeau tricolore. Avec la Révolution de 1848, il est sauvé par Lamartine ! Beaucoup de révolutionnaires auraient préféré à cette époque le drapeau rouge de la Révolution.

La marseillaise

PNGComposée par Rouget de Lisle pour les armées révolutionnaires amenées à défendre les frontières françaises face à l’alliance des royautés européennes, la Marseillaise est décrétée chant national le 14 juillet 1795 par la Convention. Napoléon, lui, choisit un autre hymne, c’est le Chant du départ écrit par Etienne Nicolas Méhul.

Après la Révolution de 1830, Louis-Philippe rétablit la Marseillaise comme chant national. Et c’est sous la IIIe République qu’elle devient hymne national le 14 février 1879. Son caractère d’hymne national est à nouveau affirmé en 1946 par la IVe République et, enfin, dans l’article 2 de la Constitution de la Ve République.

Cliquez ici pour voir les paroles de la Marseillaise.

La devise

PNG« Liberté, Egalité, Fraternité » : encore une fois, cette devise nous vient de la Révolution. Le premier à l’avoir formulée fut Maximilien de Robespierre en 1790. En 1793, le maire de la commune de Paris fait peindre sur les murs de la mairie la formule : "La République une et indivisible - Liberté, Egalité, Fraternité ou la mort".

Mais cette devise disparaît sous l’Empire et la Restauration avant de ressurgir avec la révolution de 1830. Après la révolution de 1848, la IIe République l’adopte comme devise officielle le 27 février 1848, grâce à Louis Blanc, et ce n’est qu’en 1880, après le second Empire qu’elle apparaît sur tous les frontons des institutions publiques.

Le régime de Vichy la remplace par la devise « Travail, Famille, Patrie ». Au milieu du XXe siècle, elle s’inscrit durablement dans l’histoire de la République française, avec la constitution de 1946.

Marianne

PNGSous l’Antiquité déjà, la démocratie est une femme. Sous la Révolution, Liberté et République sont des femmes. Les premières représentations d’une femme à bonnet phrygien, le bonnet que portaient les esclaves affranchis sous la Rome antique, apparaissent sous la Révolution française et symbolisent la liberté.

À partir de juin 1848, le prénom « Marianne » commence être donné de façon clandestine pour désigner la République. C’est une contraction de Marie et Anne, deux prénoms très populaires depuis le XVIIIe siècle. La République qui nait à ce moment là se devait de porter un nom du peuple !

Sous la IIIe République, les statues et surtout les bustes de Marianne se multiplient, en particulier dans les mairies. Mais il faut attendre le XXe siècle pour que toutes les mairies se dotent progressivement d’un buste de Marianne portant systématiquement le bonnet phrygien ! Des femmes célèbres ont prêté leur visage à Marianne : Laetitia Casta, Brigitte Bardot, Catherine Deneuve ou encore Sophie Marceau.

Le coq

PNGLe coq symbolise aussi la France ! C’est un symbole né d’un jeu de mot latin : « gallus » en latin signifiait à la fois « coq » et « gaulois » ! Le coq symbolise aussi la fierté du peuple français. Bien que présent comme figure symbolique en France depuis le Moyen-Âge, c’est à partir de la Renaissance que le coq commence à être rattaché à l’idée de Nation française qui émerge peu à peu. Le coq est présent au Louvre et à Versailles dans les décorations ou sculpté dans les murs.

Le coq gagna une popularité particulière à l’occasion de la Révolution française. Napoléon Bonaparte le remplace ensuite par l’aigle au motif que : « Le coq n’a point de force, il ne peut être l’image d’un empire tel que la France ». Mais la Révolution de 1830 réhabilite l’image du coq français et Louis-Philippe signe une ordonnance indiquant que le coq devrait figurer sur les drapeaux et les boutons d’uniformes de la garde nationale. Aujourd’hui, dans les tournois, les sportifs français mettent souvent sur leurs maillots un petit coq doré.

publié le 10/08/2016

haut de la page