Les relations franco-haïtiennes

1. Une langue, une histoire et des valeurs en partage

La France et Haïti sont unies par une relation indissoluble, fruit d’une longue histoire partagée, où se mêlent le souvenir douloureux de la traite et de l’esclavage mais aussi un héritage commun forgé dans le même idéal républicain de liberté, d’égalité et de fraternité. La République Française s’honore, à cet égard, d’accueillir Toussaint Louverture sous la coupole du Panthéon aux côtés de Victor Hugo et de Jean Jaurès.

Renforcée par la proximité des départements Français d’Amérique, l’amitié entre nos pays est également liée à l’usage en partage du français qui, selon la constitution de 1987, demeure la langue officielle avec le créole. Sans Haïti, le français ne serait pas devenu la deuxième langue officielle des Nations unies. C’est ainsi que la France a une « reconnaissance éternelle » à l’égard d’Haïti, selon le mot de Georges Bidault, président de la délégation française à la conférence de San Francisco en 1945. A leur tour, les français André Breton et André Malraux, pour ne citer qu’eux, ont participé à révéler la force poétique d’Haïti au monde.

La culture a, en effet, toujours beaucoup contribué à la vitalité des relations franco-haïtienne. Haïti brille sur la scène internationale par la vitalité de ses artistes et écrivains. L’art naïf s’est renouvelé à travers une jeune scène que le public français a pu découvrir en 2015 au Grand Palais. Les œuvres de Frankétienne, Lyonel Trouillot, Yannick Lahens (Prix Femina 2014) ou Dany Laferrière (accueilli à l’Académie française en 2015) font honneur à toute la francophonie. Inauguré en 1945,l’Institut français en Haïti fête en 2015 ses 70 ans. Avec les 5 Alliances Françaises implantées dans le pays, il participe du dialogue inter-culturel et de la promotion du français.

2. Des relations politiques renforcées

L’élan de solidarité en France après le séisme du 12 janvier 2010 (déplacement du Président Sarkozy et mise en place d’un plan exceptionnel de 320M€) a clairement donné un nouveau souffle aux relations entre nos deux pays. Le Président Michel Martelly a effectué deux visites officielles en France en 2014 : en février puis en novembre. Dans le cadre de ce dernier déplacement, il s’est rendu le 1er novembre 2014, au fort de Joux afin, de rendre hommage à Toussaint Louverture qui y est mort, emprisonné. La ministre de l’Outremer, Mme George Pau Langevin, l’accompagnait.

M. François Hollande a, pour sa part, effectué la première visite officielle d’un président français en Haïti le 12 mai 2015. Il était accompagné d’une importante délégation de membres du gouvernement et du Parlement français, comprenant également les 5 présidents des territoires français du bassin caribéen, des représentants du monde universitaire, culturel et des affaires. Cette visite s’est traduite par la signature d’une déclaration conjointe entre les deux Présidents qui engage les deux pays dans un partenariat renforcé dans le domaine de l’éducation et de la formation et prévoit la relocalisation de l’Institut Franco-haïtien sur le site de l’ancienne résidence de France.

C'est grâce à Haïti que le français est devenu langue officielle des Nations unies en 1945 : la délégation haïtienne entraîna le vote des états d'Amérique latine le faisant pencher en faveur de notre langue.
Le président de la délégation française, Georges Bidault, exprima alors la « reconnaissance éternelle » de la France à Haïti.
André Breton se rend en Haïti en 1945. Il y rencontre de nombreux artistes et intellectuels et s'intéresse plus particulièrement au Centre d'Art récemment fondé. Il repart conquis par le pays.
25 ans plus tard, c'est au tour d'André Malraux de se rendre en Haïti, où il rencontre les peintres de la communauté de Saint Soleil.
En 1983, l'ambassadeur d'Haïti en France prélève une pelletée symbolique de terre du Fort de Joux, où Toussaint Louverture précurseur de l'indépendance haïtienne, déporté par les troupes napoléoniennes, est mort.
Quatre ans plus tard, François Mitterrand se recueille dans la cellule de Toussaint au Fort de Joux. Il laisse sur le livre d'or le message : « Toussaint est l'un des grands hommes de son siècle, il est le symbole de l'émancipation des esclaves noirs mais aussi de l'émancipation de tous ».
En 1998, une plaque est apposée au Panthéon National à Paris : « A la mémoire de Toussaint Louverture, combattant de la liberté, artisan de l'abolition de l'esclavage, héros haïtien mort déporté au Fort de Joux en 1803 »
En 2013, l'écrivain Dany Laferrière est élu à l'académie française.
En 2014, à l'invitation de la France, le Président Michel Martelly se rend au Fort-de-Joux.
Le président François Hollande effectue la première visite officielle d'un chef d'Etat français en Haïti le 12 mai 2015.
Dates importantes :
12 février 1838 : Traité de paix et d’amitié
24 septembre 1945 : Accord culturel
6 juin 1973 : Accord de coopération culturelle, scientifique et technique
17 février 2010 : visite du Président Sarkozy à Port-au-Prince
12 mai 2015 : visite officielle du Président Hollande à Port-au-Prince

publié le 10/08/2016

haut de la page