Les projets de développement rural de l’AFD se concrétisent

Le programme de sécurité alimentaire mis en œuvre depuis 2013 par la direction départementale du Sud porte déjà ses fruits. L’Agence française de Développement (AFD) prépare de nouveaux projets de financement des filières cacao, café et vétiver.

Sécurité alimentaire : 800 producteurs haïtiens appuyés par le dispositif

Depuis 2013, la direction départementale de l’agriculture du département du Sud met en œuvre un programme de sécurité alimentaire. Pour l’AFD, ce mode de gestion déconcentrée constitue une innovation.

Les résultats sont là :

  • 20 kilomètres de canaux primaires du système d’irrigation d’Avezac ont été rénovés et les travaux des canaux secondaires ont commencé le 13 juin ;
  • Les producteurs ont été soutenus durant cinq campagnes agricoles de maïs et de haricots : ils ont ainsi bénéficié de conseils techniques et de subventions et leur organisation a été améliorée. Ils réfléchissent désormais aux questions de stockage, de commercialisation et de valorisation de leurs produits ;
  • La sécurité alimentaire de près de 800 producteurs a été améliorée : ils produisent plus, pour eux et pour la vente.

Le programme est financé par l’AFD et par des fonds délégués de l’Union européenne.

JPEG

Développer les filières cacao, café et vétiver

A la demande du ministère de l’Agriculture, l’AFD pourrait financer le développement des filières cacao, café et vétiver. Le contexte est favorable : en effet, la demande de produits de qualité est forte, notamment de la part d’opérateurs français disposés à offrir des prix rémunérateurs.

Ces filières présentent beaucoup d’avantages : elles peuvent contribuer non seulement à l’amélioration des revenus des agriculteurs à court terme mais aussi à la restauration des paysages où elles sont cultivées, grâce à des techniques écologiques.

En effet, le développement des techniques d’agroforesterie et d’agro-écologie est essentiel : elles permettent à l’agriculture de restaurer les bassins versants et le couvert forestier au lieu de contribuer à leur dégradation.

Adaptation au changement climatique

L’agroforesterie présente des co-bénéfices en termes de développement économique, d’adaptation au changement climatique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre par l’agriculture, en fixant le carbone sous forme organique, dans les sols et les arbres. La culture du café va au-delà de la seule opportunité économique.

Haïti a proposé cette approche au titre des engagements conditionnels qui ont été pris lors de la COP 21 de Paris sur le climat. A la demande des autorités haïtiennes, l’AFD présentera une extension de de l’appui à la filière café au Fonds Vert qui a été créé pour soutenir les pays comme Haïti.

publié le 10/08/2016

haut de la page