L’Institut français en Haïti

Depuis sa création en 1945, l’Institut français en Haïti (IFH) a changé plusieurs fois d’implantations : installé à ses débuts dans une modeste maison, il a ensuite rejoint le prestigieux site du Bicentenaire avant de s’installer définitivement dans le quartier du Bois Verna, sur trois sites différents.
A la suite du séisme du 12 janvier 2010, les services de l’Institut se sont regroupés sur un seul de ses trois sites dans des locaux entièrement reconstruits.

JPEG - 56 ko
L’Institut Français en Haïti, avant / après le séisme

1- Qu’est ce qu’un Institut français ?

Un Institut français est un établissement culturel dont la vocation est la promotion de la culture du pays hôte dans lequel il se trouve ainsi que la diffusion de la culture française.
Ceux sont des lieux de rencontres, d’échanges et de liberté pour l’expression du savoir, de la culture et de la pensée.Ils offrent une programmation culturelle riche et diversifié dans laquelle tous les arts et les savoirs sont représentés, et qui offre également des cours de français de qualité.

Pour exercer ses activités, les Instituts français ont besoin de bâtiments adaptés permettant entre autre l’accueil du public pour les évènements en tout genre et l’aménagement de salles de classe pour les cours de français.

2- Les premiers locaux de l’Institut français en Haïti

L’inauguration du premier Institut français en Haïti eut lieu le 7 décembre 1945, en présence des plus hauts représentants du gouvernement haïtien, de la plupart des Ambassadeurs des représentations étrangères et de plusieurs grandes personnalités dont André Breton et le peintre cubain Wifredo Lam.

Le bâtiment dans lequel l’institut s’installa à l’époque était une modeste maison mise à disposition par le gouvernement haïtien, située au 3 de l’avenue Charles Summer.

3- L’IFH sur le site du Bicentenaire

JPEG - 33.3 ko
Les premiers locaux de l’IFH

Rapidement, l’Institut prend son essor et à besoin de s’agrandir pour accueillir l’ensemble des activités qui s’y déroulent.
En 1950, le plan d’urbanisme de Port-au-Prince mis sur pied pour l’exposition du bicentenaire prévoit que les Ambassades s’installent sur le front de mer sur des terrains réservés à cet effet.

La France décide de donner la priorité à son Institut français et en accord avec les institutions haïtiennes affecte la parcelle qui lui est destinée à la construction d’un nouveau bâtiment pour son établissement culturel.
Ce nouveau bâtiment disposait d’une superbe salle de spectacle, de grands jardins et l’ensemble pouvait facilement accueillir 2 000 personnes pour les manifestations.

Le déménagement sur ce site prestigieux du Bicentenaire permet à l’IFH marque le début d’une période de grande prospérité pour l’établissement.

4- L’IFH sur l’avenue Lamartinière - avant séisme

JPEG - 26.7 ko
L’IFH avenue Lamartinière

En 1998, l’IFH est contraint de quitter le site du Bicentenaire car le quartier est devenu une zone dangereuse : l’IFH ne peut pas faire prendre de risques à son public et à ses étudiants.

L’Institut s’installe alors dans le quartier du Bois verna, au 99 avenue Larmartinière dans une bâtisse reprenant quelque unes des caractéristiques du style architectural haïtien « Gingerbread » : galeries en façades, grande hauteur sous plafond facilitant la circulation de l’air, décoration en bois chantourné, toiture légère en tôle dotée de lucarne…
Sa façade du rez-de-chaussée aux angles arrondis rappelle en filigrane le trait géométrique du style art déco.

Le nouveau site est trop petit pour accueillir l’ensemble des services de l’Institut, il est donc complété par deux autres implantation annexes prises en location : le service des cours s’installe dans une partie du collège canado-haïtien avant de déménager au deuxième étage d’un immeuble de l’avenue Lamartinière ; et la bibliothèque s’installe dans un bâtiment situé au 20 avenue Lamartinière.

5- Les effets du séisme du 12 janvier 2010

Le séisme du 12 janvier 2010 a fortement endommagé la bâtisse du 99 avenue Larmartinière.
Les experts l’ont jugé irrécupérable, elle a rapidement été démolie laissant le site complètement nu - à l’exception d’un bâtiment de 2 niveaux situé en fond de cours et ayant résisté au séisme.
Le séisme a également endommagé les locaux dont l’IFH était locataire. Ces locaux étaient récupérables avecdes réparations et des renforcements, mais la flambée des prix de l’immobilier post-séisme a eu raison des loyers pratiqués dans le quartier, et l’Institut n’ayant pas les moyens de payer des loyers revus ainsi à la hausse s’est vu contraint de résilier les baux en cours.
Le site du Bicentenaire, toujours propriété de la France, a quant a lui été cédé à l’Etat haïtien sous la forme d’un bail emphytéotique d’une durée de 10 ans pour la reconstruction d’une administration haïtienne.

L’IFH s’est donc retrouvé avec pour seul endroit, le site du 99 avenue de Lamartinière, désormais orphelin de sa belle bâtisse.

6- L’IFH sur l’avenue de Lamartinière - après séisme

A la suite du séisme, la France a souhaité que l’IFH reprenne ses activités le plus rapidement possible afin d’offrir aux haïtiens un programme culturel et éducatif de qualité, symbole fort d’une vie renaissante.

Dès mars 2010, l’Institut s’est relevé en mettant sur pied un projet de reconstruction avec pour objectif une réouverture à la rentrée 2010.

Pari réussi : 6 salles de classe et 2 cours intérieures dédiées à tous types d’évènements ont ouverts leurs portes en septembre 2010 sur l’emprise de l’ancienne bâtisse.

JPEG - 52.5 ko
L’IFH après le séisme : une cour et des salles de classe rénovées

Les nouveaux bâtiments ont été construits à l’aide de structures en acier préfabriqués et ont été réalisés de manière à être compatibles avec les exigences parasismiques et anticycloniques de rigueur.
Une terrasse de 60m², lieu d’expositions et d’évènements a été inaugurée par la suite en mars 2012 au niveau du bâtiment situé en fond de cours.

publié le 15/05/2014

haut de la page