L’IFH célèbre le cinéma latino-américain

En écho à la Semaine de l’Amérique Latine et des Caraïbes organisée récemment en France, l’Ambassade et l’Institut français en Haïti ont souhaité mettre en valeur cette partie du globe à travers une série d’événements culturels et de rencontres.

Entre juin et juillet 2016, l’Institut français en Haïti (IFH) a accueilli un cycle de cinéma dédié à l’Amérique Latine et aux Caraïbes en mettant à l’honneur un pays de la région lors de chaque projection. Le public haïtien a ainsi pu découvrir des problématiques propres à ses pays voisins et réfléchir aux enjeux globaux de la région sud-américaine. Invités à chacune des projections les concernant, les ambassadeurs de ces pays ont accepté d’animer un débat avec le public à l’issue de chacun des films afin d’approfondir les thématiques abordées.

Le public de l’IFH a pu apprécier la programmation suivante :

  • 7 juin 2016 – « Waste Land » de Lucy Walker, en présence de l’Ambassadeur du Brésil en Haïti : un documentaire sur le travail de Vik Muniz, artiste contemporain brésilien, avec les chiffonniers de la décharge de « Jardim Gramacho » située dans la périphérie de Rio De Janeiro.
  • 14 juin 2016 – « La nostalgie de la lumière » de Patricio Guzman, en présence du consul du Chili en Haïti : un documentaire poétique sur la mémoire historique et scientifique, mettant en parallèle la recherche astronomique et les vestiges de la répression chilienne à l’époque de la dictature.
  • 22 juin 2016 – « Tango Negro » de Dom Pedro : un documentaire sur les racines africaines du tango alimenté par des témoignages de musiciens et chercheurs et par le travail de Juan Carlos Caceres à ce sujet.
  • 5 juillet 2016 – Présentation de deux films cubains issus du projet de soutien à la filière audiovisuelle Sparring Partners, en présence du consul de Cuba et des réalisateurs des films.
  • 6 juillet 2016 – « Le sel de la terre » de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado, en présence de l’Ambassadeur du Brésil en Haïti : un documentaire sur la vie et l’œuvre de Sebastiao Salgado, célèbre photographe brésilien.
  • 12 juillet 2016 – « Los olvidados » de Luis Bunuel, en présence de l’Ambassadeur du Mexique en Haïti : une fiction réalisée en 1950 traitant de la vie des enfants des rues dans les quartiers de Mexico dans les années 50.
  • 13 juillet 2016 – « La violencia del poder » de René Fortunato, en présence de l’Ambassadeur de République dominicaine en Haïti : un documentaire sur les douze années de mandat du président Joaquin Balaguer entre 1966 et 1978 marqué par la répression en République dominicaine.

L’IFH a également reçu deux concerts en lien avec l’Amérique Latine et la Caraïbe au cours du mois de juin : « Tambours croisés », d’une part, avec des tambourineurs et chanteurs de la Guadeloupe, de la Martinique, de Mayotte, de la Réunion, de la Guyane, du Sénégal et d’Haïti ; la chanteuse dominicaine Xiomara Fortuna, d’autre part, pour un concert dans le cadre du Festival « Les rencontres des musiques du monde » organisé par l’association Tamise.

Ces manifestations ont permis au public haïtien qui compose la majeure partie du public de l’IFH de s’ouvrir à des nouveaux courants artistiques que ce soit dans le domaine de la musique ou du cinéma. Les thématiques abordées, notamment durant les projections, ont surtout permis de resituer Haïti dans l’espace géographique et le contexte historique que l’île partage avec d’autres pays de la zone, rapprochant ainsi les enjeux de l’île de ceux des autres nations du sud-continent et de la Caraïbe.

publié le 10/08/2016

haut de la page