"Haïti : présences africaines, ruptures & mythologies"

Dany Laferrière, de l’Académie française, est intervenu le 2 mai au Collège de France dans le cadre du colloque « Penser et écrire l’Afrique noire » organisé par l’écrivain Alain Mabanckou, titulaire de la chaire « Création artistique ».

Format mp4 - 197,5Mo - Collège de France

C’est à un survol de la littérature haïtienne que nous invite ici Dany Laferrière, sans perdre de vue les traces africaines qui ont survécu au Voyage. Avec, bien sûr, un gros plan sur « Ainsi parla l’oncle », l’essai majeur de Jean-Price Mars paru en 1928, qui est à l’origine de la Négritude de Césaire, Senghor et Damas. Ce livre a été porté aux nues par la jeunesse haïtienne durant trois décennies jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Duvalier qui en fait le porte-drapeau de sa politique. C’est ainsi que l’Indigénisme, cette version locale de la Négritude, s’est noyé dans la dictature de Papa Doc. Ce que René Depestre a résumé dans ce titre fracassant : « Bonjour et adieu à la négritude ». C’est la dernière fois qu’on a aperçu l’ombre de l’Afrique en Haïti.

www.college-de-france.fr

publié le 10/08/2016

haut de la page