Formation professionnelle : Atelier AFD / secteur privé

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Compétences pour l’emploi des jeunes financé par l’AFD, entreprises et personnels du Centre pilote de formation professionnelle se sont rencontrés pour poser la première pierre d’un partenariat.

Objectif : une meilleure insertion des jeunes sur le marché du travail et de meilleures compétences au service des entreprises.

Comment renforcer l’employabilité des jeunes diplômés ?

Cet atelier a été organisé le 9 novembre 2016 à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti et du Centre pilote de formation professionnelle.

L’objectif de cet atelier : initier un dialogue pour la construction d’un partenariat durable destiné à renforcer l’employabilité des jeunes diplômés dans les filières prioritaires identifiées au Centre pilote (eau et assainissement, électrotechnique, mécanique automobile et construction).

Répondre aux besoins en compétences des entreprises

La rencontre s’est ouverte par une restitution des besoins exprimés par les entreprises en termes de métiers et de compétences techniques. Pour certains métiers, les entreprises haïtiennes sont contraintes d’importer de la main d’œuvre de l’étranger pour pallier les déficits de techniciens qualifiés.

Les échanges ont permis d’aborder des sujets très pratiques comme la confrontation des jeunes en formation à la réalité du terrain par des visites ou très généraux comme l’environnement des affaires en Haïti.

L’importance des compétences humaines et le sens des responsabilités, en plus des compétences techniques, a été un thème récurrent des débats.

Le projet en quelques mots

Compétences pour l’emploi des jeunes est un projet financé par l’AFD à hauteur de 5 millions d’euros.

Ses objectifs :

  • assurer une offre de compétences de qualité dans le secteur de l’eau et de l’assainissement ;
  • réhabiliter et moderniser le Centre Pilote de l’Institut national de formation professionnelle (INFP) en créant plus de liens entre offre de formation et milieux économiques ;
  • et renforcer les capacités de l’INFP afin de veiller à la bonne marche du projet comme à la pérennité de ses effets par un réel transfert de compétences.

publié le 28/11/2016

haut de la page