Entretiens téléphoniques de Bernard Kouchner (17.01.10)

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Bernard Kouchner s’est entretenu le 17 janvier au soir à l’initiative de son homologue canadien au cours d’une conférence téléphonique avec le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim ainsi qu’avec les autres membres du « groupe des amis d’Haiti » et le secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy.

Ils ont procédé à une évaluation commune de la situation et des besoins de la population haïtienne et réaffirmé leur volonté de travailler ensemble en mutualisant les efforts en étroite liaison avec les Nations Unies.

Ils ont convenu qu’il fallait rapidement préparer la reconstruction et ouvrir une perspective positive à une population haïtienne traumatisée, mobiliser tous les acteurs de la communauté internationale, des États aux bailleurs de fonds et aux institutions financières internationales ainsi qu’aux ONG et aux entreprises, autour d’une stratégie cohérente. Dans cette perspective, Bernard Kouchner a insisté sur la nécessité de prendre en compte l’ensemble des dimensions de la reconstruction notamment l’indispensable renforcement des capacités du gouvernement haïtien. Cela doit passer par une conférence internationale susceptible de rassembler toutes les bonnes volontés, une première réunion préparatoire se tiendra à Montréal le 25 janvier prochain.

Bernard Kouchner a également eu des entretiens téléphoniques avec plusieurs de ses homologues européens ainsi qu’avec Catherine Ashton, Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et de sécurité commune, avec lesquels il a évoqué la nécessité de renforcer l’action de l’Union européenne en Haïti pour l’aide humanitaire d’urgence, l’acheminement de l’aide et un soutien dans le domaine de la sécurité en appui aux Nations unies.

publié le 03/11/2010

haut de la page