Discours du 14 juillet

Retrouvez le discours prononcé par l’ambassadeur de France à l’occasion de la célébration de la fête nationale française.

Monsieur le Premier Ministre de la République d’Haïti,
Mesdames et messieurs les Ministres, Messieurs les parlementaires,
Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatiques et des organisations internationales ;
Monsieur le conseiller consulaire, mes chers compatriotes,
Mesdames et messieurs, chers amis,

Je suis particulièrement heureuse de vous accueillir ici ce soir, avec Yves mon époux, à l’occasion de ce 14 juillet qui commémore la révolution française. C’est une grande émotion que de le célébrer ici en cette terre haïtienne, qui a accompli le message porté par les idéaux de 1789 en réalisant une autre révolution de portée universelle, celle de l’abolition de l’esclavage.
Cette soirée est aussi, pour moi, l’occasion de saluer ceux que je n’ai pas eu encore le loisir de rencontrer. C’est l’occasion aussi de remercier ceux et celles qui ont patiemment partagé leurs analyses et expériences pour guider mes premiers pas, et de dire aussi ma reconnaissance aux autorités de ce pays pour l’accueil qu’elles me réservent.

A l’issue de ces quatre premiers mois, j’ai accumulé beaucoup d’interrogations sur ce pays qui ne se livre pas facilement, mais acquis aussi une certitude : vous avez, vous Haïtiens, un talent pour forger de la proximité, du lien, de la chaleur. On se sent bien chez vous et avec vous : lakay se lakay ! Vous êtes dépositaires d’une formule efficace : si elle fonctionne si bien avec nous, venus d’ailleurs, elle doit aussi pouvoir fonctionner entre vous pour recréer ce vivre ensemble qui permettra au pays d’avancer.

Ce 14 juillet 2015 revêt une connotation particulière, puisqu’il s’inscrit dans une nouvelle étape de notre relation, ouverte par la visite du président Hollande en mai dernier ; première visite officielle d’un chef d’Etat français depuis l’Indépendance, première visite aussi d’un chef d’Etat membre du conseil de sécurité des Nations unies à Haïti sous le mandat du Président Martelly. En associant cette visite à une séquence aux Antilles françaises, le Chef de l’Etat a mis en évidence l’intérêt à travailler ensemble pour approfondir la coopération régionale en tirant parti de notre proximité géographique et linguistique.

Dans cet esprit, le sommet des chefs d’Etat de la région, consacré au changement climatique, auquel le PRM a participé à la Martinique, a été un rendez-vous important pour la préparation de la conférence des Nations unies sur le changement climatique, qui se tiendra à Paris à la fin de cette année. Il a permis de porter un message commun des Etats insulaires vulnérables pour cette conférence internationale dont l’enjeu n’est pas de manier la rhétorique diplomatique, mais de traiter collectivement un sujet dont nous sommes à la fois responsables et victimes ; le défi est aussi d’avancer avec des projets concrets : pour la Caraïbe, c’est 65M€ de coopération européenne, ciblée sur l’environnement et les énergies douces , qui ont été annoncés lors du sommet UE/CELAC de juin dernier.

Il faut saluer la participation de la société civile haïtienne à cette dynamique : je voudrais à ce titre faire mention de l’association CYEN Haïti qui a porté la parole des jeunes haïtiens à l’occasion du débat planétaire conduit le 6 juin dernier, où 10 000 citoyens du monde entier ont exprimé leurs attentes via Internet pour cette conférence. A la rentrée, l’IFH et FOKAL engageront un cycle de rencontres qui présenteront les initiatives exemplaires conduites en Haïti pour lutter contre le changement climatique.

En réservant à Haïti l’ultime étape de son périple, le chef de l’Etat français a honoré la promesse faite au Président Martelly reçu, deux fois en France en 2014, de venir en Haïti. Il est également venu témoigner de la confiance de la France dans la capacité du gouvernement, et de tous les acteurs de ce pays, à engager Haïti dans la voie de la stabilité démocratique et du retour à la normalité institutionnelle.

Celle-ci ne saurait emprunter qu’un seul chemin : l’organisation d’élections justes, transparentes et inclusives, dans le cadre d’une compétition ouverte et loyale, qui garantisse l’égalité de traitement de tous les candidats et une participation large des citoyens. Pour prendre une métaphore footballistique, en ces temps de GOLD CUP, je dirais que le match des élections se gagne par une bonne préparation, la qualité du jeu collectif sur le terrain, et le soutien des supporters. Un immense travail, qu’il faut saluer, a été accompli et se poursuit pour relever les défis techniques, logistiques et sécuritaires de l’organisation ; la communauté internationale est mobilisée à vos côtés ; le jeu collectif dépend lui, de l’entière responsabilité des joueurs. Quant à l’enjeu du match, il est connu de tous, c’est changer de ligue et engager le redressement du pays, c’est privilégier le mouvement sur l’immobilisme, l’avenir sur le passé.

C’est bien une perspective d’avenir que les chefs d’Etat de nos deux pays ont souhaité ouvrir le 12 mai dernier en exprimant la volonté de construire un partenariat renforcé dans le domaine de l’éducation au service de la jeunesse : nous travaillons avec le ministère de l’Education et de la formation professionnelle pour bâtir une feuille de route épousant ces priorités. L’AFD démarre le projet de formation professionnelle aux métiers de l’eau signé le 12 mai.

Pour être à la hauteur de cet enjeu, nous veillerons nous aussi à jouer collectif, en formation "équipe de France", en tirant parti de nos 5 alliances sur le territoire, du lycée AD qui va se rénover et s’agrandir, de l’AFD, des établissements partenaires et de l’IFH : nous lancerons dès cette fin d’année, les études de faisabilité pour sa relocalisation sur le site de l’ancienne résidence de France, au manoir des Lauriers. Avec pour ambition qu’il puisse être à la fois une ruche intellectuelle, comme le fut l’IFH du bicentenaire, et une plate-forme d’apprentissage du français et de services pour les jeunes port-au-princiens.

Culture, éducation … ceci nous ramène à la francophonie qui donne ses lettres de noblesse internationale à Haïti, Dany Laferrière, bien sûr, qui a rejoint les Immortels, Lyonel Trouillot, lui aussi été accueilli dans une autre institution vénérable, le dictionnaire Larousse, et Yanick Lahens, prix Femina, que je salue comme grande dame de littérature, et grande Dame tout court.

Partenaires du développement d’Haïti, nous intervenons, avec l’Union européenne souvent, notre famille, mais aussi avec d’autres institutions internationales, la famille élargie, sur les trois piliers du développement du pays que sont la santé, l’appui au développement agricole, et la consolidation des institutions et de l’Etat de droit. Je salue à ce titre, M. Rosny, qui a brillamment passé la sélection mondiale de l’école de la magistrature française, qui l’accueillera en formation.

La France en Haïti, c’est également, une chambre de commerce franco-haïtienne active et une présence économique qui se diversifie progressivement : Total, Air France, Air Caraïbe font partie du paysage familier. On sait moins que nos grands groupes dans le domaine des énergies, Suez, Alstom, EDF apportent leur savoir-faire ici, que la sécurité aérienne et l’élargissement de la piste de l’aéroport de Port-au-Prince bénéficient du savoir-faire de firmes françaises, DSNA et Razel, tandis que le déploiement en cours de CanalSat va élargir l’offre de chaînes francophones. Les collectivités territoriales, métropolitaines comme de l’Outre-Mer, s’orientent de plus en plus vers de la coopération économique tel le Conseil général des Hauts-de-Seine œuvre à l’amélioration de la filière cacao dans le Nord du pays, pour répondre à la demande de ses artisans chocolatiers.
Beaucoup de sociétés françaises ont été présentes dans le passé ici, et ont développé leurs activités dans la région, à Panama, en République Dominicaine, à Cuba, au Mexique : leur intérêt pour Haïti est réel. Il se concrétisera en flux d’affaires dès lors que le pays aura avancé dans la stabilisation de son environnement politique et juridique, l’assainissement du cadre des affaires, et l’adoption de quelques réformes clefs : sut tous ces sujets, vous pouvez compter sur nous !

A vous, mes chers compatriotes qui avez choisi de vivre dans ce beau pays, je souhaitais vous saluer car vous êtes, les artisans de l’amitié franco-haïtienne. Beaucoup parmi vous travaillent au sein d’organisations internationales, il est bon que le savoir-faire français s’exporte ainsi, tout comme il est bon que des jeunes ou moins jeunes viennent ici donner de leur temps pour Haïti. Nous avons besoin, nous Français, nous Européens, d’une jeune génération qui ait les yeux grand ouverts sur le monde, en un temps de repli sur soi où les particularismes s’exacerbent.

Je voudrais profiter de ce 14 juillet, pour rendre un hommage spécifique à ceux d’entre vous qui mettent leur passion au service de l’éducation : Madame Rossillon qui porte depuis 50 ans le lycée Alcibiade Pomeyrac de Jacmel, Michel Vallot et sa formidable école 100 soleils à Delmas qui scolarise les enfants les plus humbles, Olivier Bottrie initiateur du complexe scolaire de Saint Marc, où les enfants de la communauté bénéficient gratuitement de la même scolarité que celle dispensée par le lycée français de NY. Des initiatives d’entreprenariat social se font jour également comme celle de la fondation Rustic Superior, fondée par deux jeunes entrepreneurs qui font cohabiter activité touristique et centre de formation professionnelle aux métiers du bâtiment et de l’hôtellerie.

A vous tous, Français d’Haïti, je souhaite dire que l’ambassade est à votre écoute et s’emploie à améliorer les services consulaires qui vous sont rendus. L’an prochain, nous vous accueillerons dans une nouvelle ambassade, fonctionnelle et agréable, sur le champ de mars.

Demain, sur la suggestion de votre conseiller consulaire, j’ouvrirai les portes du Manoir des Lauriers pour que vous puissiez vous y rassembler, dans la tradition républicaine des bals populaires !

Je ne saurais conclure ce discours sans remercier le Montana qui nous accueille ce soir, avec professionnalisme et une grande disponibilité, ainsi que tous ceux qui ont contribué à rendre possible, cette soirée, Total, la lyonnaise des eaux, Alstom, Peugeot , DSNA service, Air France, Air Caraïbes, Brana, Digicel, CanalSat, Multivision, les Etablissements Rossard, Security force, l’entreprise Delta ingérierie, la brasserie Couronne, les hôtels Marriott et Plaza, le Caribean market.

Un grand merci également à tous mes collaborateurs et collaboratrices qui n’ont pas ménagé leurs peines pour faire de cette soirée, une belle soirée !

Vive la France, Vive Haïti, vive l’amitié franco-haïtienne

publié le 01/09/2015

haut de la page