Ciné-Rencontre : Arnold Antonin

Arnold Antonin a remporté pour la deuxième fois consécutive le prix Paul Robeson du "Meilleur film de la diaspora africaine" au 40ème Festival du Cinéma Africain, Fespaco, avec son film Jacques Roumain, la passion d’un pays.

Il présentera son film à l’Institut français d’Haïti mardi 6 juin à 18h (6h pm).

JPEG

Ce long métrage nous fait découvrir l’œuvre et la vie tourmentée du plus célèbre des écrivains d’Haïti et l’un de ses plus célèbres hommes politiques. Ce film est à la fois une fresque de toute l’Haïti du 19ème siècle et de la 1ère moitié du 20ème.

"Dans mon enfance et ma première adolescence il y avait 5 dieux haïtiens : les quatre héros de l’indépendance : Toussaint, Dessalines, Pétion, Christophe… et Jacques Roumain.
Jacques Roumain, sans trop bien savoir pourquoi avec ses éclairs d’orage intérieur dans le regard et sa cigarette, Lui, que je confondais avec Humphrey Bogart, Charlemagne Péralte et Robin Hood ...
C’est pour dire que Jacques Roumain, pour moi comme pour beaucoup d’autres, était un mythe, une icône.
C’était une idée incarnée sur laquelle ses admirateurs et ses contempteurs avaient construit une légende.
Un personnage qui avait atteint pour nous à la figure universelle de l’archétype, comme Manuel le personnage de son roman « Gouverneurs de la rosée ».
Ce n’est que bien plus tard que j’ai commencé à m’intéresser à son œuvre quand un ainé m’a dit de façon péremptoire : toi, haïtien, tu te dois de lire Jacques Roumain comme on lit les classiques de la littérature révolutionnaire.
Et c’est encore bien plus tard que je me suis demandé qui était l’être vivant, l’individu Jacques Roumain, traversé et caché par tant d’événements ? Quelle était sa vérité humaine au delà du mythe et de la légende ?
Quelles sont les vérités profondes de cet insoumis avec sa volonté farouche d’affirmation de soi, d’opposition à tout ce qui n’est pas conforme à l’idée qu’il se fait du monde, de cet écorché vif, infatigable batailleur, capable d’attendrissement et de violentes fureurs en même temps ?

Jacques Roumain avait tout pour mener une vie aisée en Haïti ou à l’étranger. Né dans une famille bourgeoise, il a préféré le chemin difficile de la lutte pour l’égalité dans son pays et la rupture avec les modèles de son groupe social.

Il a assumé tous les risques des actions qu’il entreprenait pour atteindre son idéal.
Il a utilisé tous les moyens qu’il avait à sa portée.
Il a été poète, journaliste, traducteur, romancier.
Il a voulu être un homme de science.
Il fut un redoutable polémiste.
Il a voulu être un dirigeant politique et un chef révolutionnaire.
Il a été un diplomate malgré lui.
Il est décédé à 37 ans, le même âge auquel a disparu Rimbaud , sans avoir réalisé son rêve de fraternité humaine, consigné dans un roman .
Qu’est-ce qui nous est resté de Jacques Roumain 100 après sa naissance ?
Mais avant tout qui a été Jacques Roumain ? Et si ce n’était qu’un poète et un vrai qui n’a su pénétrer l’intériorité secrète de sa terre que par la magie des mots et le souffle d’un long poème épique en prose ?"

Ce long métrage nous fait découvrir l’œuvre et la vie tourmentée du plus célèbre des écrivains d’Haïti et l’un de ses plus célèbres hommes politiques. Ce film est à la fois une fresque de toute l’Haïti du 19ème siècle et de la 1ère moitié du 20ème.

publié le 05/10/2009

haut de la page