Atelier de lancement d’ALCORCA

Financé par la France, ce programme de coopération régionale en matière de lutte contre le Crime organisé regroupe cinq pays de la Caraïbe, dont Haïti et la République Dominicaine. Son atelier de lancement s’est déroulé du 15 au 17 juin à Saint-Domingue en présence de l’attaché de sécurité intérieure de cette Ambassade.

Le programme d’Appui à la Lutte contre le Crime Organisé dans la Région Caraïbe (ALCORCA) a été créé en décembre 2015. Financé par la France à hauteur d’un million d’euros, ce programme bénéficiera aux cinq pays prioritaires que sont Haïti, la République Dominicaine, la Jamaïque, le Mexique et Cuba, et aura son siège à la Direction Nationale de Contrôle des Drogues (DNCD) de Saint-Domingue.

Organisé au siège de la DNCD du 15 au 17 juin 2016, l’atelier de lancement de ce nouveau programme de coopération régionale s’est déroulé en présence de plusieurs représentants de la coopération française dans le domaine de la sécurité, dont MM. Frédéric Ejarque, attaché de sécurité intérieur de l’Ambassade de France en Haïti, et Jude Lubin, expert technique international auprès de la Police judiciaire haïtienne.

Lors de ce lancement, les délégations des cinq pays partenaires ont tour à tour exprimé leur vision et présenté leurs spécificités nationales face au problème de la criminalité organisée. L’objectif étant que les outils mis à leur disposition correspondent aux besoins nationaux et régionaux de chacun. Si, par exemple, Cuba souhaite trouver en ALCORCA un espace de renforcement des capacités et de bonnes pratiques pour empêcher que le pays devienne une zone de transit de drogue, Haïti et la Jamaïque ont évoqué les enjeux sécuritaires mais également sanitaires et sociaux-économiques liés au crime organisé.

Pour sa part, le Mexique a exprimé son souhait de voir en ALCORCA un outil permettant le renforcement des infrastructures, l’assistance technique et la coopération régionale pour l’homologation de marqueurs normatifs. Enfin, la République Dominicaine dont les voies maritimes sont particulièrement affectées par le trafic de drogue a proposé que la plateforme ALCORCA puisse servir de point de contact pour faciliter la répartition des connaissances et les échanges entre administrations centrales.

Dans cette optique, le projet ALCORCA se déclinera selon trois axes principaux. En premier lieu, cette coopération structurelle sera permise grâce à la mise en commun de l’expertise de chacun par le biais d’une plateforme d’échange. Le second axe du projet ALCORCA sera celui du renforcement des capacités opérationnelles dans les domaines maritimes et aériens via la mise en place d’ateliers de formation. Enfin, le troisième volet du projet visera à l’amélioration de la coopération régionale dans le domaine de la justice.

publié le 10/08/2016

haut de la page