AFD fête ses 40 ans en Haïti !

En 2016-2017, l’Agence Française de Développement (AFD) fête ses 40 ans en Haïti. 40 ans au cours desquels l’AFD a mobilisé près de 400 millions d’euros, en subventions et en prêts , pour 70 projets dans le pays.

Quarante ans d’action pour le développement du pays

En 1975, l’AFD, alors Caisse centrale de coopération économique (CCCE), est autorisée à travailler en Haïti, une année où elle s’ouvre à de nouvelles géographies francophones au-delà du continent africain. Les conditions de ses interventions sont précisées dans un protocole signé en décembre 1976 et un premier projet est approuvé en 1979. Les activités sont suivies depuis la Guadeloupe, avant l’ouverture d’une agence dans le quartier de Turgeau (1984), mais interrompues à deux reprises (1991-1995 et 2002-2004).

De 1975 à 1991, la CCCE finance sous forme de prêts les principales entreprises publiques de services marchands d’Haïti (énergie, eau, aéroport, télécom), ainsi que la rénovation des infrastructures agricoles. Démarre notamment un travail de long terme sur les périmètres irrigués de l’Arcahaie.

À la suite des sommets de Dakar (1989) et de La Baule (1990), la moitié de l’encours des prêts consentis à Haïti par la « Caisse centrale » est annulée. L’institution devient la Caisse Française de Développement en 1992, puis l’Agence Française de Développement en 1998. Entre 1994 et 2002, l’AFD finance des projets en subventions.

À partir de 2004 commence un nouveau temps. Les interventions de l’Agence s’orientent vers les secteurs sociaux : la santé et l’éducation. Mais, en 2010, le tremblement de terre bouleverse ces priorités et d’importants projets de reconstruction sont engagés. En mai 2015, la visite du président Hollande insuffle une nouvelle dynamique : la coopération bilatérale doit concentrer l’essentiel de ses moyens pour cinq ans dans le secteur de l’éducation.

JPEG

L’AFD en Haïti aujourd’hui

Les projets financés par l’AFD ciblent aujourd’hui quatre domaines principaux : l’éducation et la formation professionnelle, la santé, l’aménagement urbain, l’environnement et le développement rural. L’AFD est par ailleurs engagée auprès des administrations haïtiennes avec des programmes d’assistance technique et pour renforcer la gouvernance des services publics. L’Agence soutient, par ailleurs, de nombreuses initiatives portées par les organisations de la société civile (ONG) et participe au développement du secteur privé haïtien, grâce à sa filiale Proparco et son outil dédié de garantie ARIZ.

A ce jour, l’AFD finance 14 projets pour un montant de 150 millions d’euros, dont 55M€ restent encore à décaisser par les autorités haïtiennes. Ce portefeuille de projets en cours d’exécution comporte notamment trois projets de réponse au séisme : la réhabilitation de l’hôpital universitaire d’État d’Haïti (également cofinancé par Haïti et la coopération américaine), l’aménagement de deux quartiers précaires de Port-au-Prince et un projet agricole de sécurité alimentaire dans le Sud (tous deux avec l’appui de l’Union européenne). Les projets plus récents d’appui à la formation professionnelle (2014) et à la santé maternelle et infantile (2015) témoignaient de la volonté de l’AFD de dépasser la période d’urgence et d’accompagner le développement en Haïti à moyen et long terme. Mais le passage du cyclone Matthew a rappelé la fragilité du pays et la récurrence des situations de crise.

Les 40 ans de l’AFD en Haïti coïncident également avec le 75e anniversaire de l’institution : des réflexions sur l’histoire et sur l’exercice du métier du développement ont démarré. Il s’agit de capitaliser sur les succès comme les échecs pour en tirer tous les enseignements possibles et tenter de « penser différemment » ! Le premier semestre 2017 devrait être émaillé de rencontres et échanges sur ce thème, tant en Haïti qu’en France, pour nourrir une Conférence sur les 40 ans de l’AFD à Haïti, qui serait organisée en mai prochain à Paris à l’occasion de la semaine d’Amérique Latine et des Caraïbes.

publié le 02/12/2016

haut de la page